credit_logo

Crédit immobilier et CDD : se faire accompagner d'un courtier pour mettre toutes les chances de son côté

Crédit immobilier et CDD : se faire accompagner d'un courtier pour mettre toutes les chances de son côté

L'accès au crédit immobilier est difficile quand on n'a pas de CDI. Être embauché en CDD constitue un obstacle pour financer un projet immobilier. Et si l'emprunteur n'est pas salarié, l'aversion des banques pour le risque tourne à l'obsession. Compte tenu de leur expertise, les courtiers en crédit sont des partenaires incontournables pour décrocher un financement quand on emprunte hors CDI.

CDI, le sésame pour emprunter

Les courtiers sont les premiers à l'affirmer : le CDI (contrat à durée indéterminée) reste la condition sine qua non pour obtenir un crédit immobilier. Avec le niveau très bas des taux, les banques accordent aujourd'hui des prêts sur de longues voire très longues durées (25 ans et au-delà). L'apport personnel n'est plus un critère indispensable pour décrocher un financement. En revanche, le statut professionnel qui ouvre les portes du crédit demeure l'emploi en CDI. 

Les chômeurs sont exclus d'office, hors revenus annexes réguliers et importants (revenus locatifs par exemple) pour les très rares banques qui acceptent de faire une exception. Pour les statuts précaires que sont les personnes en CDD (contrat à durée déterminée) et les intérimaires, mais aussi les travailleurs indépendants, l'accès au crédit immobilier est, si ce n'est impossible, soumis à des critères d'octroi hyper drastiques.

Crédit pour les CDD et les travailleurs indépendants : impossible n'est pas courtier !

Les banques doivent pourtant tenir compte des mutations du travail. Les parcours professionnels sont désormais davantage heurtés, assortis de changement de statut. Les contrats courts dominent et d'autres formes d'emploi se créent avec l'émergence des plateformes numériques. Si la loi a rattaché au salariat des professions apparentées au travail indépendant (travailleur à domicile, journaliste), la protection sociale française repose toujours et encore sur le modèle du CDI à plein temps, la norme en matière d'emploi.

En 2016, parmi la population active, le CDI concernait 63% des hommes et 67% des femmes (temps plein et temps partiel)*.

Aujourd'hui, un actif sur dix est en CDD ou en intérim, soit le double d'il y a trente ans. Depuis le milieu des années 2000, le travail indépendant dans les métiers de service s'est accéléré, et même renforcé avec la création du statut d'autoentrepreneur en 2009. Accéder au crédit est-il mission impossible pour ces travailleurs qui ne bénéficient, a priori, d'aucune sécurité de l'emploi ?

A chaque banque sa politique commerciale et sa politique de risques. Certaines opposent un veto sans discussion aux salariés en CDD. D'autres étudient les dossiers au cas par cas. Si vous ne bénéficiez pas d'un emploi en CDD, tournez-vous vers un courtier en crédit plutôt que faire seul la tournée des établissements bancaires, avec le risque d'essuyer un refus sec. Chez Vousfinancer, 13% des emprunteurs ont décroché un financement hors CDI au cours du premier semestre 2018. Chaque dossier est bétonné : des revenus réguliers sur une longue période (au moins 3 ans pour les TNS) et une situation professionnelle inscrite dans la continuité. L'octroi d'un prêt immobilier dépend aussi de deux autres facteurs indissociables que sont les garanties et l'assurance emprunteur, deux autres sources de profit pour les banques. 

Si le courtier a une obligation de moyens et non de résultat, son accompagnement va permettre de consolider votre projet (prêt aidé, PTZ, PEL, caution familiale,...) et de le faire valoir auprès des banques prêtes à accepter les profils atypiques. Être salarié en CDD ou travailleur indépendant n'est pas rédhibitoire pour décrocher un financement : seul un courtier spécialisé pourra défendre avec les meilleurs arguments la qualité de votre dossier.


*France Stratégie







Gerard Mihranyan

Par , le lundi 9 juillet 2018

Partager cet article :