credit_logo

Crédit : le surendettement a reculé en 2015

Crédit : le surendettement a reculé en 2015

Le nombre de cas de surendettement a diminué en 2015. La dernière enquête de la Banque de France sur le surendettement des ménages fait état d'un recul de la part des crédits de consommation dans l'endettement global. En revanche, pour la troisième année consécutive la part liée au crédit immobilier est en hausse. Chiffres et typologie du surendettement en 2015.

Plus d'un dossier sur dix lié à une dette immobilière


En valeurs absolues, le surendettement régresse en France. Le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement de la BdF a baissé de 5,9% en 2015, après un repli déjà constaté en 2014 (-2,2% par rapport à 2013) : 217 302 dossiers dont 197 731 jugés recevables, soit une baisse sur ce chiffre de 3,9% par rapport à 2014.
La part des crédits à la consommation dans l'endettement global diminue lui aussi pour la deuxième année, passant de 45,9% en 2014 à 42,3% en 2015 (53,8% en 2012). Il faut cherche l'explication de ce recul dans les effets produits par la réforme du crédit conso plutôt que dans une quelconque évolution positive de la situation économique. Malgré un renforcement de la protection des consommateurs, les crédits renouvelables sont encore recensés dans 70% des dossiers. Avec un endettement moyen de 20 954€, le surendettement lié aux crédits conso représente la majorité des dépôts de dossiers (83,3%).
A l'inverse, l'endettement excessif causé par des dettes immobilières (achat ou travaux) augmente pour la troisième année consécutive. Le nombre de dossiers comportant un volet immobilier atteint 13% en 2015, contre 11,8% en 2014 et 10,8% en 2013. L'encours moyen est lui même en hausse, passant de 40 253€ en 2014 à 41 254€ en 2015.

Le surendetté type vit seul, est locataire et gagne moins de 2 000€ par mois


Les personnes les plus touchées par le surendettement sont celles vivant seules (célibataires, veufs, divorcés, séparés pour 65,2% des dossiers reçus) et locataires de leur logement (plus de 76%). En termes d'âge, les 35-54 ans sont les plus exposés, les seniors à partir de 65 ans restant marginaux (8,3%), même si leur part progresse légèrement (7,7% en 2013, 8,1% en 2014). Comme les dettes immobilières augmentent, la part des propriétaires et accédants parmi les surendettés est en hausse (11,2% contre 10,8% en 2014).
La part des salariés en CDI (29,3%) est équivalente à celle des chômeurs (29,1%). 75,8% des ménages surendettés disposent de ressources inférieures à 2 000€, 50,8% perçoivent moins que le Smic et 13,6% ont des revenus inférieurs au RSA socle pour deux personnes. 81% d'entre eux présentent des capacités de remboursement inférieures à 450€. Au final, un dossier sur deux est caractérisé par une incapacité totale de remboursement.



Léa Labesse

Publié le lundi 29 février 2016

Partager cet article :
0