credit_logo

S'offrir un Noël à crédit en toute sécurité

Noël approche, avec lui le casse-tête des cadeaux et la ruine du budget. La tentation est grande de souscrire un crédit pour se faire plaisir et gâter ses proches. Voici nos conseils pour éviter un endettement excessif et d'éventuels incidents de paiement.


Un crédit conso maîtrisé pour payer les cadeaux de Noël

Etablissez d'abord le budget dont vous avez besoin pour acheter les cadeaux et les agapes du réveillon. Comparez en ligne les offres des organismes de crédit et faites plusieurs simulations avec des durées et des taux différents pour un prêt personnel, c'est-à-dire avec liberté d'utilisation des fonds. Soyez attentif au TAEG (Taux Annuel Effectif Global) qui exprime le coût intégral du crédit, car il incorpore tous les éléments relatifs au crédit :

  • taux nominal du prêt qui sert à calculer les intérêts
  • frais de dossier
  • assurance emprunteur, facultative pour tout crédit conso.

Le TAEG ne doit pas dépasser le taux d'usure, défini désormais par tranche et non par type de crédit. Vérifiez bien votre capacité de remboursement. Votre taux d'endettement ne doit pas dépasser 30% de vos revenus une fois le crédit intégré.


Attention aux facilités de paiement

Les grandes enseignes proposent des offres de financement au moment des fêtes de fin d'année. Accordé aux détenteurs d'une carte bancaire, le paiement en plusieurs fois sans frais cache parfois un crédit qui ne dit pas son nom. La possibilité de paiement est associée à une banque partenaire, et qui dit banque, dit rémunération. L'offre est en réalité un crédit renouvelable qui s'active une fois que vous avez réglé les mensualités sans intérêts. Le paiement sans frais ne vous protège pas en outre des risques d'impayés : quand l'échéance tombe, votre compte doit être approvisionné sous peine d'être fiché pour incident de paiement.


Attention : le paiement x fois sans frais n'est pas un crédit. Le délai de rétractation permis par la loi n'est pas applicable.


Évitez le découvert bancaire et le crédit renouvelable

Si vous utilisez votre découvert bancaire, vous prenez le risque de dépasser le montant autorisé et de devoir payer des agios et des frais, toujours plus élevés que les intérêts d'un crédit conso amortissable. Et en cas d'incident de paiement, vous serez fiché à la Banque de France avec interdiction de chéquier.

La solution du crédit renouvelable est elle aussi risquée, car ce type de financement, qui se reconstitue automatiquement dans la limite du montant autorisé à mesure que vous le remboursez, affiche des taux très élevés, proches de l'usure (autour de 17%). La plupart du temps, le crédit renouvelable est assorti d'une carte de paiement. La loi a mis des protections : au-dessus de 1000€, le prêteur est obligé de vous proposer un prêt amortissable en alternative au crédit renouvelable.



Sébastien Porret

Par , le vendredi 1 décembre 2017

Partager cet article :