credit_logo

Crédit immobilier : 2016, année des primo-accédants.

Grands absents du marché immobilier depuis plus de cinq ans, les primo-accédants ont toutes les raisons d'espérer concrétiser leur projet d'achat en 2016. Couplées à des taux d'intérêts toujours historiquement bas, les aides de l'Etat et des collectivités locales rendent le crédit plus accessible pour ceux qui souhaitent devenir propriétaires de leur résidence principale.

Taux au plancher

Selon le courtier en crédit Vousfinancer.com, les taux d'intérêts des crédits immobiliers restent à des seuils historiquement bas en ce début d'année 2016 : 2,10% sur 15 ans, 2,50% sur 20 ans et 2,80% sur 25 ans, soit les niveaux observés en janvier 2015. Le taux moyen toutes durées confondues s'établissait à 2,20% en décembre 2015 (Observatoire Crédit Logement/CSA).

Les professionnels tablent sur des taux de crédit durablement bas en 2016, sous l'action conjointe de la Banque Centrale Européenne, d'une inflation très faible et de taux obligataires sous la barre de 1%.

PTZ élargi

A ces loyers de l'argent très faibles, les primo-accédants peuvent compter sur une aide essentielle de l'Etat, le prêt à taux zéro ou PTZ, qui bénéficie d'un assouplissement dans sa version 2016 :

  • relèvement du plafond de ressources pour y accéder
  • élargissement à l'ensemble du territoire pour une acquisition dans l'ancien (sous conditions de travaux)
  • augmentation de la part de financement par le PTZ : jusqu'à 40% du montant du bien (hors frais d'acte notarié et droits d'enregistrement)
  • possibilité de différer le remboursement de 5, 10 ou 15 ans selon revenus (durée maximale du prêt 25 ans).
  • Exemple : un couple avec deux enfants en zone A peut aujourd'hui bénéficier d'un PTZ de 120 000€ contre 78 000€ auparavant.

    Le PTZ 2016 est cumulable avec d'autres types de prêts, comme le PEL (Prêt Epargne Logement), un prêt conventionné, un PAS (Prêt Accession Sociale) ou un prêt Action Logement.

    Les aides locales

    Les grandes métropoles donnent un coup de pouce supplémentaire, comme Paris avec son Prêt Paris Logement 0% (24 200€ pour une personne seule, 39 600€ pour un ménage de deux personnes ou plus, dans le neuf ou l'ancien), ou Marseille avec son chèque Premier Logement (subvention qui permet d'alléger les mensualités pendant les 10 premières années), ou encore Toulouse et son aide Premier Logement (entre 5 000€ et 18 000€, sans intérêts). Sans oublier les allocations logement proposées partout, APL (Aide Personnalisée au Logement) et ALS (Allocation de Logement à caractère Social).



Par , le jeudi 21 janvier 2016

Partager cet article :